À propos du diamant d’investissement – Qui suis-je ?

À propos du diamant d’investissement – Qui suis-je ?

le diamant d'investissement
« Je m’appelle Sylvain. Après une longue carrière de cadre dans une compagnie d’assurance j’ai décidé d’investir mon argent dans l’immobilier mais également dans des placements alternatifs afin de diversifier mes investissements. L’or, l’art puis le diamant. J’ai essayé plusieurs niches ou valeur refuge mais celle qui m’a particulièrement fait réussir est le diamant d’investissement physique. De par la sécurité de son cour depuis toutes ces années mais également par son taux de rendements entre 6 et 8%. Voici mon blog sur mon travail aujourd’hui d’investisseur/rentier mais également ma passion; le diamant d’investissement et les pierres précieuses »

 

Le diamant d’investissement c’est quoi ?

Le diamant d’investissement est très peu connu des investisseurs français. Si nombre d’entre eux ont pris conscience qu’ils pouvaient diversifier leurs actifs dans des valeurs tangibles comme l’or, l’art ou les automobiles de luxe, ils n’ont pas encore le réflexe pour faire de même avec les diamants. Et pourtant la plus dure des pierres offre de nombreux avantages à condition de respecter quelques consignes qui vont vous éviter bien des déboires. En effet le négoce des diamants d’investissement se fait hors marché. Cela signifie que les garanties existent peu ou n’existent pas. De toute façon toute opération financière comporte son lot de risques, il convient d’en limiter les effets.

Des qualités de placements indéniables

Le diamant d’investissement est un outil financer bien particulier. Le marché du diamant est en constante croissance. Comme c’est un matériau rare et difficile à extraire on n’est pas prêts à en interrompre ni la recherche ni l’exploitation. D’ailleurs ses utilisations sont multiples non seulement pour les placements financiers mais aussi pour des expériences scientifiques ou la création d’outils de précision. La demande pour le diamant est toujours supérieure à l’offre et, comme leur quantité est limitée sur Terre, on suspecte même les grands exploitants de ce minéral comme la De Beers d’en stocker afin d’en soutenir le cours. Le diamant est une monnaie d’échange internationale. Il n’est pas rare que des transactions importantes plus ou moins officielles se fasse grâce à l’échange de diamants. Cette pierre, en plus de sa dureté, a la propriété de représenter une forte valeur dans un petit volume. Le billet de 500 euros est battu à plates coutures. De plus la valeur d’un diamant est parfaitement quantifiable et il est toujours muni d’un certificat officiel qui l’établit avec précision. Celle-ci dépend de son poids, en carats, de sa couleur et de sa pureté.

avis client investir dans le diamant

Une fiscalité hors système bancaire

Les diamants de placement n’entrent pas dans le système bancaire, en tout cas pas pour le moment. C’est assez singulier quand on sait que leur rendement maximal sera atteint en 2030, que sa demande va doubler d’ici 2020 et que si la croissance de la demande sera de 6% par an celle de l’extraction ne sera que de 2,8%. Les chinois représentent actuellement 15% des acheteurs, ils en représenteront 40% en 2020. Cette situation hors système bancaire met les diamants de placement à l’abri des bulles financières. En plus d’être une valeur hors banque, le diamant bénéficie d’une fiscalité bien particulière et favorable. Il existe 3 options de taxation suivant le montant des transactions. En-dessous d’un montant de 5000 euros, les cessions ne sont pas imposables. Au-dessus de ce montant si on opte pour une taxation forfaitaire, le prix de vente est soumis à une taxe représentant 6% du montant du prix de vente. Si on choisit plutôt une imposition sur les plus-values, le prix de vente moins le prix d’achat, elles sont soumises, après abattement, à l’imposition de 19% majoré des prélèvements sociaux. L’abattement sur les plus-values réalisées sur les cessions de diamants est très intéressant. Il représente 5% par année de détention et les diamants cédés sont non imposable après 22 années de détention.

Il faut quand même rester vigilant

Il existe quand même quelques risques liés à l’investissement dans les diamants. Ils sont de trois types. Tout d’abord les risques du marché, certes communs pour un placement, sont bien réels. La valeur d’un diamant peut baisser et il se peut que l’on ait à le revendre en dessous de son prix d’achat. Ensuite il existe un risque de liquidité. Si une revente de diamants massive se produit et que le besoin de liquidités doit être résolu rapidement il n’est pas rare que les lots de diamants soient vendus à un prix plus bas que celui du marché. Les diamantaires peuvent exiger d’effectuer un achat au prix de gros ce qui peut représenter un prix inférieur de 30% à 40% de la cotation. Enfin, si les diamants sont achetés dans une monnaie étrangère, la transaction peut être exposée à un risque de change.

cour prix du diamant

Comment bien investir en diamants

Les diamants d’investissements restent une bonne valeur de refuge ou d’appoint pour un portefeuille bien diversifié. Il ne faut pas acheter les pierres à n’importe quel bijoutier. Il faut plutôt s’adresser à un diamantaire professionnel, un grossiste ou à un négociant en pierres précieuses. Les diamants doivent être d’une taille située entre 1 et 10 carats et de préférence marqués d’un certificat au laser. Le certificat peut aussi être rédigé sur papier. Les pierres doivent être acquises emballées sous vide dans une coque en plexiglas. Il convient de s’informer des lieux de provenance des diamants. Les compagnies de production de diamants brutes les plus réputées sont De Beers (Afrique du Sud), Rio Tinto Zinc (Canada) et Alrosa (Russie). Le marché du diamant est très contrôlé et il faut se méfier des ventes sur internet. Il faut toujours exiger un certificat Kimberley pour les pierres brutes ou taillées, celui de la Gemological Institute of America, du High Diamond Council de Belgique ou à l’international Gemological Institute et l’European Gemological Laboratories.